Trop de viande rouge nuit à votre santé

Dernière mise à jour 25/02/19 | Article
viande_rouge_nuit_sante
Critiquée pour son impact environnemental, la viande rouge est aussi pointée du doigt pour des raisons de santé. Maladies cardiovasculaires et digestives seraient liées à sa surconsommation.

En janvier 2019, 500 personnalités françaises lancent une campagne pour promouvoir le «lundi vert», un jour par semaine sans viande ni poisson. Les arguments? La protection de l’environnement (lire encadré) et l’amélioration de notre santé. Il y a quelques décennies encore, la viande était un mets de luxe. Son prix limitait sa consommation à une ou deux fois par semaine. Avec l’intensification de l’élevage, cette denrée est devenue accessible et certains en mangent jusqu’à trois fois par jour! Une augmentation de quantité ingérée problématique pour la santé. Et c’est la viande dite rouge qui semble en cause: on observe davantage de maladies digestives et cardiovasculaires dans les pays où on en consomme le .

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le terme «viande rouge» qualifie la chair issue de muscles de mammifères: bœuf, veau, porc, agneau, mouton, cheval et chèvre sont concernés. Ce sont les nutriments contenus dans cette chair qui participeraient à l’augmentation des risques pour la santé. Pour comprendre, il faut se rendre dans notre tube digestif, car la consommation de viande rouge perturbe la flore intestinale.

Inflammation intestinale

Attention à la carence en fer!

L’arrêt de la consommation de viande rouge n’est pas à prendre à la légère. Cet aliment représente notre principal apport en fer et en vitamine B12. «Ces nutriments sont essentiels au fonctionnement des neurones et à la production de globules rouges», insiste le Pr Bernard Favrat, médecin adjoint à la Policlinique médicale universitaire de Lausanne. Pensez donc à adapter votre alimentation pour éviter l’anémie. Volaille et poisson apportent vitamine B12 et fer. Côté végétarien, sachez que le fer non-héminique (non issu de la viande rouge) est difficilement assimilé par le corps. Malgré une alimentation riche en fer végétal (notamment dans les légumes verts, céréales complètes, lentilles et levures), des compléments peuvent être nécessaires pour compenser la carence.

Le premier type de risques concerne directement notre tube digestif. «Il existe une association entre la consommation de viande rouge et trois types de maladies intestinales: le cancer colorectal, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) et l’inflammation des diverticules (poches dans le tube digestif)», explique la Dre Sophie Restellini, médecin-cheffe de clinique au Service de gastroentérologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Difficile toutefois de conclure à un lien de causalité directe, car une pluralité de facteurs sont impliqués. Une grande consommation de viande rouge est en effet souvent associée à des facteurs connus pour augmenter les risques, comme une alimentation pauvre en légumes, une obésité ou une absorption régulière d’alcool.

L’association avec le risque de cancer colorectal apparaît, elle, mieux établie. En 2015, un rapport du Centre international de recherche sur le cancer montre que lorsqu’on ajoute 100 g de viande rouge supplémentaires au régime quotidien, le risque de cancer colorectal augmente de 17%. En résumé, on en mange, le risque croît. Les causes seraient multiples, mais la présence du fer héminique, substance spécifique à la viande rouge, est souvent incriminée. Responsable du stockage de l’oxygène dans les globules rouges, c’est lui qui donne à la chair sa couleur. Une fois ingéré, ce fer s’oxyde. Selon les prédispositions génétiques de chacun, cette oxydation peut conduire à une inflammation au niveau cellulaire, susceptible se développer en cancer colorectal.

Danger pour les artères

Les protéines de la viande rouge représentent quant à elles un risque cardiovasculaire. « En les digérant, les bactéries intestinales produisent une substance appelée TMAO (oxyde de triméthylamine), explique le Pr François Mach, médecin-chef du Service de cardiologie des HUG. Quand elle est produite en trop grande quantité, cette substance modifie la qualité et le taux de cholestérol, ce qui accroît le risque d’athérosclérose ». Pour les personnes ayant déjà fait un infarctus, un excès de TMAO accentue le risque de récidive. Lorsque la viande est grillée, cette substance est produite en grande quantité. N’en déplaise aux «grilétariens», les barbecues sont donc à limiter. D’autant que les modes de cuisson à haute température ou au d’une flamme produit de nombreux composés cancérigènes.

Autre facteur de risque: les acides gras saturés. Présents dans le sang en trop grande quantité, ils augmentent le taux de mauvais cholestérol et entraînent un risque pour nos artères. Toutefois, nous ne sommes pas tous égaux face à ces nutriments. «Certains peuvent consommer beaucoup de viande grasse sans problème, souligne le Pr Mach. Cela est probablement lié aux bactéries du tube digestif. Elles seraient génétiquement aptes à assimiler ces acides chez certaines personnes que chez d’autres.»

Quantité… et qualité

Avec l’intensification de l’élevage, la qualité de la viande change. «On a vu apparaître des dérives, déplore la Dre Restellini. Les animaux sont souvent traités par des antibiotiques. Pour allonger la durée de consommation, des agents conservateurs sont utilisés, comme les nitrites et les sulfites, considérés comme cancérigènes. » Ces différents facteurs peuvent modifier la flore intestinale du consommateur, et favoriser l’inflammation du tube digestif. Malheureusement, ces pratiques concernent aussi la volaille et le poisson.

Alors, tous végétariens? «Si vous demandez à quelqu’un qui n’est pas végétarien de le devenir, le changement drastique des habitudes alimentaires peut induire un stress délétère pour le tube digestif», nuance la Dre Restellini. Pour les aficionados de steak, il est conseillé de remplacer certaines portions par de la volaille ou du poisson. Lors de l’achat de viande rouge, on privilégiera la viande maigre sans agents conservateurs. Pour ceux qui souhaitent passer au végétarisme, une adaptation alimentaire permet d’éviter les carences (lire encadré). Et pour demain? Des chercheurs se penchent sur la création de steaks in vitro. Une solution pour diminuer l’impact écologique, mais qu’en sera-t-il des conséquences sur notre santé?

Impact écologique de la viande

Difficile de parler de la consommation de viande sans mentionner l’impact environnemental de  l’industrie qui la produit. 14,5% des gaz à effet de serre sont liés à l’élevage, soit que ce que le secteur du transport. La production de viande bovine compte parmi les polluantes. Pour obtenir un kilogramme de bœuf, on compte 26,61 kg de CO2 émis1 et 15'400 litres2 d’eau consommés. En comparaison, 1 kg de légumes dégage 0,37 kg de CO21 et utilise 322 litres2 d’eau. Le 17 janvier dernier, un rapport publié dans la revue scientifique The Lancet présente un «régime de référence». Pour la première fois, l’alimentation individuelle conseillée est croisée avec le bien-être collectif mondial. Le régime proposé prend en compte le savoir médical, mais aussi la durabilité d’une alimentation pouvant nourrir les bientôt 10 milliards d’habitants de notre planète. Au menu, une majorité de légumes, céréales et fruits à coque, une quantité modérée de volaille ou de poisson et très peu de viande rouge: 14 g par jour, soit un steak par semaine.1 Clune & al. 2016.2 Water Footprint Network

___________

Paru dans Le Matin Dimanche le 17/02/2019.

A LIRE AUSSI

Ballonnements
ballonements_osez_demander

Ballonnements: ce que vous n’osez pas demander

La plupart du temps bénins, les ballonnements peuvent toutefois peser lourd sur le quotidien. D’où viennent-ils?...
Regardez
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Regardez
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Regardez
Articles sur le meme sujet
perdre_poids_bouger_manger

Pour perdre du poids, vaut-il mieux bouger ou manger moins?

Activité physique et alimentation saine: un duo déterminant pour équilibrer son poids. Mais pour perdre quelques kilos, le efficace se joue surtout du côté de l’assiette. Explications.
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène est fréquent chez les femmes qui, en raison de leurs règles, perdent régulièrement quelques microgrammes de cet élément indispensable.
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est simple qu’il n’y paraît.
Videos sur le meme sujet

Le comment du pourquoi: éviter les plats précuisinés

Pourquoi faut-il éviter de manger des plats précuisinés ou des barres énergétiques?

Prévention: une opportunité de santé pour tous

La prévention dans le domaine de la santé consiste à prévenir la survenue de maladies, à améliorer la qualité de vie au quotidien et à informer la population pour qu’elle devienne critique face à la publicité, pour qu’elle puisse choisir librement de ses comportements. C’est tout ce qu’on peut mettre à profit pour améliorer la santé maintenant et dans le futur.

Alimentation contre dépression

Une étude parvient, pour la première fois, à démontrer qu'une alimentation saine et équilibrée peut contribuer à diminuer les symptômes de la dépression.