Cerveau: la glie rebat les cartes

Dernière mise à jour 14/03/19 | Article
cerveau_glie_rebat_cartes
Les cellules gliales ont bien longtemps été les grandes oubliées des neurosciences centrées sur les neurones. Pourtant, ces cellules sont essentielles au bon fonctionnement du cerveau et pourraient être des cibles thérapeutiques de choix.

Alors que les neurones sont aujourd’hui connus par le grand nombre et même passés dans le langage courant, astrocytes, microglie et oligodendrocytes sont bien moins populaires. Et pourtant, ces cellules sont aussi nombreuses dans le cerveau humain que les neurones, et sans elles ces derniers auraient bien de la peine à fonctionner correctement. Pourquoi ces cellules, qui ensemble constituent la «glie», sont-elles restées dans un tel anonymat?

Sans doute en grande partie car elles ont été présentées, dès leur découverte en 1846 par Rudolph Virchow, comme ayant un simple rôle de tissu de soutien, une sorte de «glu», qui leur a d’ailleurs donné leur nom. La glie était ainsi vue comme l’ensemble des cellules qui remplissent le vide autour des nobles neurones. «Ce qui a également joué contre les cellules gliales, c’est que contrairement aux neurones, elles ne produisent pas de potentiel d’action. Or les neurosciences se sont bâties sur les enregistrements de ces signaux électriques, marqueurs de l’activité cérébrale», explique le Pr Pierre Magistretti, professeur honoraire de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l’Université de Lausanne (UNIL), co-auteur avec le Pr Yves Agid de L’Homme Glial (Ed. Odile Jacob). Le chercheur lausannois, qui a consacré sa carrière à ces cellules, n’hésite d’ailleurs pas à avouer que lui-même s’y est intéressé grâce «au hasard et à l’ignorance»!

Une vision «neurocentrée»

Le titre de l’ouvrage de Pierre Magistretti n’est pas innocent et se veut un clin d’œil à L’Homme Neuronal, publié par le célèbre neuroscientifique français Jean-Pierre Changeux, dans les années 1980. Si, pendant d’un siècle, la glie a été déconsidérée et étudiée seulement par une poignée de groupes de recherche dans le monde, elle occupe aujourd’hui le devant de la scène scientifique. Et les dogmes actuels sur le fonctionnement de notre cerveau pourraient bien s’en trouver remis en cause.

Les cinquante dernières années ont été marquées par un essor considérable des neurosciences, qui ont mis l’étude et la compréhension des neurones au centre de la discipline. «C’est aussi pour cela que peu de chercheurs se sont intéressés aux cellules gliales, relève Andrea Volterra, professeur au département des neurosciences fondamentales de l’Université de Lausanne, autre spécialiste suisse de la glie. Les neurones et leurs interactions sont déjà bien complexes à étudier. Considérer en ces cellules relève du casse-tête pour beaucoup de scientifiques!» Mais si l’acquisition de connaissances sur le cerveau a été gigantesque au cours des dernières décennies, force est de constater qu’elles ont laissé sans réponses de nombreuses questions, notamment celles relatives aux maladies neurodégénératives et mentales. «Pour avancer, les neurobiologistes doivent s’intéresser à toutes les cellules du cerveau, puisque l’on sait désormais qu’elles ont des rôles variés et qu’elles communiquent ensemble, insiste Andrea Volterra. Il est nécessaire de mieux comprendre le micro-environnement des neurones qui joue forcément un rôle dans les processus qui précèdent leur destruction.»

Développer la «gliopharmacologie»

«Les cellules gliales intéressent de en de jeunes chercheurs. Ce n’est un sujet réservé à une poignée de connaisseurs», se réjouit le Pr Magistretti. L’intensification des recherches sur ces cellules a permis de mettre au jour les nombreuses fonctions des différents types cellulaires de la glie au sein du système nerveux central. Dès la formation du système nerveux central dans l’embryon, puis tout au long de l’existence, la glie assure les apports en énergie des neurones, évacue leurs déchets, améliore la communication nerveuse, contribue à la plasticité cérébrale, assure l’immunité autour des cellules nerveuses… Beaucoup de ces fonctions sont assurées par les astrocytes, cellules en forme d’étoile, qui sont bien que du «petit personnel des neurones», note Pierre Magistretti. Comme Andrea Volterra, il est convaincu que ces cellules, en interaction étroite et permanente avec les neurones, sont impliquées directement ou indirectement dans les pathologies qui touchent ces derniers. «Pour trouver de nouveaux traitements, leur rôle ne doit être négligé. Il faut développer une "gliopharmacologie" qui considère les processus gliaux comme autant de cibles thérapeutiques possibles», conclut le spécialiste.

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 33 - Mars 2019

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Regardez
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe ieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Regardez
Anxiété et crise psychique
Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

Une anxiété durable peut cacher un trouble profond

«Des conséquences trop longtemps sous-estimées.» Martin Preisig, psychiatre au Centre hospitalier universitaire...
Regardez
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
booster_cerveau_dansez

Vous voulez booster votre cerveau? Alors dansez!

Pratiquée par toutes les civilisations depuis la nuit des temps, la danse est un excellent moyen d’entretenir la santé du corps. Mais de récentes études montrent aussi que, que toute autre pratique, elle est également bénéfique pour le cerveau.
 instinct_traine_canape

C’est par instinct qu’on traîne dans son canapé

Une étude de l’Université de Genève montre que la sédentarité serait un héritage de l’évolution. Un instinct primaire problématique dans notre société trop inactive.
Videos sur le meme sujet

Quand la colère gronde, notre cerveau se met en alerte

En une fraction de seconde, l'humain remarque beaucoup rapidement une voix jugée menaçante qu’une voix normale ou joyeuse.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.

Le circuit de l’addiction aux drogues identifié

Des chercheurs de l’Université de Genève (Unige) viennent d’identifier le circuit de l’addiction dans le cerveau des souris.